EDITO

7 05 2011

Yayi gagne, le Bénin aussi 

Le contre-pouvoir politique créé par la Coalition Bruno AMOUSSOU, Adrien HOUNGBEDJI, Sévérin ADJOVI, Lazare SEHOUETO,   Eric HOUNDETE, la famille SOGLO avec en tête du peloton le président maire de la ville de Cotonou Nicéphore Dieudonné SOGLO, n’a pas porté ses fruits.  Sous la dénomination l’Union fait la Nation, ses politiciens avaient en projet la démolition totale du président Boni Yayi qu’eux-mêmes ont aidé à élire à plus de 75% des suffrages  exprimés  en 2006. Pourtant, depuis sa prestation de serment à Porto Novo il y a cinq ans, le président Boni Yayi s’est transformé en architecte, en ingénieur des travaux publics, en médecin, en enseignant, en Directeur Général des sociétés d’Etat béninois et même en cultivateur, parcourant écoles, champs, hôpitaux, administrations publiques et chantiers ouverts pour la reconstruction totale du pays. Mais le carburant qu’a décidé d’utiliser la locomotive Yayi pour atteindre ses objectifs est mal dégusté par le bloc créé. Ce qui lui donnera, le long de son mandat, de l’insomnie. 

En effet, le président Boni Yayi et son gouvernement en décidant de gérer autrement le Bénin c’est-à-dire, pratiquer la bonne gouvernance et lutter contre la corruption, ignoraient complètement  qu’ils piétineraient les intérêts, soient-ils égoïstes, d’une sauvage résistance des vieux loups  habillés en agneaux dans l’arène politique béninoise. Les robinets de la magouille, de la mafia qui tournaient à plein régime ont  été alors fermés  par le président Boni Yayi qui a décidé d’exploiter au maximum le peu de ressources dont dispose le Bénin, pour développer le pays, plutôt que de les abandonner à la merci des fossoyeurs de l’économie nationale. C’est d’ailleurs pour cette ambition et engagement pris pendant les campagnes électorales de 2006 que 75% des Béninois lui ont accordé leurs suffrages. Aujourd’hui, le peuple souverain peut être fier d’avoir ainsi voté utile en donnant  un carton rouge à ceux-là (cités plus haut) appelés la vieille classe. Une sacrée manière de les contraindre à prendre leur retraite politique pour laisser place à la nouvelle génération : celle de Yayi dont la politique est tout sauf politicienne, mafieuse et démagogique. Seulement,  cette classe a refusé de mourir. 

Pour affirmer leur existence et leur refus de mourir politiquement, les vieux renards de l’Union fait la Nation (UN) se sont armés d’intoxications, de mensonges, de sabotages sans oublier l’exhibition notoire de leurs griffes et dents soutenues par leurs torses bombées, pour d’abord effrayer le régime du changement et ensuite le faire tomber en plein vol et en pleine journée.  Mais le peuple objectif et souverain a su se défendre en disant non aux imposteurs politiciens assoiffés de pouvoir mais dépourvus de projet de société convainquant. Finalement, c’est Boni Yayi qui a gagné les élections du 13 Mars et ce, au KO, c’est-à-dire dès le premier tour contre tous ceux-là qui ont pourtant prédit son départ du Palais de la Marina. Ce faisant, c’est aussi le peuple béninois, le Bénin tout entier qui a gagné à travers cette élection car, le développement dont il bénéficie depuis cinq ans avec Boni Yayi sera poursuivi et consolidé.   

Comlan Paul ODAH 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




maghrebactu |
actuplus |
November24 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mafoi2007
| mikebrantuvie11111
| communication